Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mes envies de voyages et d'ailleurs......

Mes envies de voyages et d'ailleurs......

Partager mes découvertes au gré de mes envies…..

Publié le par Christelle
Publié dans : #LIVRES

Fille de la lumière et des flots, la Grèce, magnifique et pauvre, est un petit pays qui aura modelé la marche du monde en donnant naissance à l'une des civilisations majeures de l'histoire.

Le génie grec s'illustre dans les sciences, les arts, l'architecture, découvre des formes littéraires nouvelles, attient les sommets de la philosophie, lance les jeux olympiques, invente la politique.....

La Grèce, patrie des marins et des commerçants-voyageurs, se fait terre d'accueil bleue, verte et blanche, étourdissante de beauté, en ouvrant son cœur au visiteur.

Grecs d'hier, Grecs de toujours

La mer, la lumière, la pierre....Avec ces trois éléments, Dieu fit la Grèce. Et les grecs ne ressentent que la mer, la lumière et la pierre. La mer est source de leur richesse, leur voie de transport, leur ouverture, leur débouché.

Navigateurs par atavisme, ils la sillonnent, ils la domine, mais ils la redoutent, et il fallut attendre les touristes étrangers pour qu'ils acceptent de s'y plonger. Mer grecque, mer humaine, à l'horizon toujours fermé par quelque île qui la transforme en lac, mais mer maîtresse où, sous le ciel le plus bleu, se lèvent des tempêtes soudaines et violentes qui la transforment en danger mortel.

Les mille visages d'Athènes

Lorsque, en 1833, le premier roi de la Grèce indépendante, Othon 1er de Bavière, arriva dans son nouveau royaume, ce fut en la ville de Nauplie, au Péloponnèse, qu'il débarqua et s'installa. Athènes à l'époque, n'était qu'une bourgade parfaitement oubliée.

En 1833, personne ne songeait à Athènes....personne, sauf le père d'Othon, le roi Louis 1er de Bavière, un original, fou de Grèce antique. Il intima à son fils l'ordre de faire de l'antique et glorieuse cité sa capitale. Othon obtempéra. Mais où se loger ? Le nouveau roi décida de se construire un palais sur l'Acropole même en incorporant les colonnes du Parthénon dans ses murs - les plans de cette merveille existent. Au dernier moment, Louis 1er évita ce sacrilège et paya à son fils Othon un palais (le vieux palais) comme on l'appelle aujourd'hui, inélégante et inconfortable, surnommée la boîte en carton par la dynastie suivante.

un evzone monte la garde

un evzone monte la garde

PHIRA LA CAPITALE DE L ILE DE SANTORIN

PHIRA LA CAPITALE DE L ILE DE SANTORIN

DIONYSOS FAIT VOILE VERS LA GRECE

DIONYSOS FAIT VOILE VERS LA GRECE

La marqueterie du Péloponnèse

Le Péloponnèse est probablement la région de Grèce la plus agréable à visiter. La voiture s'impose : les distances sont courtes, et innombrables les prétextes à faire halte. Sommets élevés mais accessibles, plateaux, déserts et plaines opulentes se succèdent, formant autant de mini-régions différentes. De jolis villages et des ports minuscules offrent d'excellents restaurants et de charmants petits hôtels où il fait bon s'arrêter, entourés de l'amabilité des autochtones, particulièrement hospitaliers.

Capitales mycéniennes, sanctuaires classiques, châteaux forts des croisés, villes byzantines, souvenirs de l'indépendance, le Péloponnèse abrite une affolante variété de sites. Les très connus, qu'à quelques fameuses exceptions près on peut négliger, et les peu connus, qui valent absolument le détour.

C'est à Délos que l'on saisit le mieux la notion de terre privilégiée

C'est à Délos que l'on saisit le mieux la notion de terre privilégiée

De mer et de lumière les îles grecques

Dieu, après avoir façonné la terre, secoua négligemment ses mains pour en décoller l'argile. Les parcelles ainsi détachées tombèrent dans la mer et formèrent les îles grecques. Combien sont-elles ? Mille quatre cents, deux mille, selon que l'on compte ou non les îlots. Elles sont peu distantes les unes des autres, offrant toujours un relais au regard. L'été, la mer, entre elles, devient un boulevard. Les caïques, les yachts, les barques, les criscrafts, les bombards, les chalutiers la sillonnent en tous sens.

Tout est calme en mer. Puis, soudain, se lève le meltemi, le fameux vent du nord grec. Toute communication est interrompue entre les îles pour deux, trois, quatre jours, une semaine dans le pire des cas.

Situé en face des côtes de Thessalie, l'archipel des Sporades est une villégiatures préférés des grecs. L'absence de ruines antiques marquantes le met à l'abri du grand toursime consommateurs de temples. Les villages cossus, la végétation abondante contrastent avec l'austérité des cyclades voisines.

Quand à Skyros, c'est une autre affaire. Fichée au milieu d'eaux dangereuses, à l'écart des autres Sporades, elle n'a plus la parure verdoyante de ses sœurs et pas encore la blancheur aveuglante des Cyclades. Une ville antique engloutie dort au fond d'une de ses baies, gardée par des éboulis de rochers.

L 'ACROPOLE D' ATHENES

L 'ACROPOLE D' ATHENES

Une autre Grèce la Crête

Au centre de la Méditerrannée-Est, s'étend la Crête, comme une étoile qui rayonne vers la Grèce, la Turquie, le Moyen-Orient et l'Afrique. Sa côte nord se découpe en vastes baies abritées qui en font des ports naturels. Derrière ce rivage avenant s'étend une niche plaine : champ de blé, oliveraies, vignes et vergers alternent sur toute la longueur de l'île.

Héracleion, c'est Minos : cette capitale administrative de l'île et ses environs possèdent les plus riches vestiges de la civilisation minoenne. Cnossos, à la sortie d'Héracleion, est le plus célèbre, le plus vaste - 1300 pièces - et le plus somptueux des palais Minoens. C'est un hymne à la gloire, et au raffinement de Minos, roi de Crête.

LE PALAIS DE KNOSSOS : une aile du palais

LE PALAIS DE KNOSSOS : une aile du palais

A la découverte de la Grèce des Grecs

Avant de partir pour la Grèce, il faut d'abord mettre de côté l'idée préalable et le désir forcené de retrouver la Grèce Antique. Avril, mai, juin et fin septembre, octobre sont les plus beaux mois de la Grèce, avant et après le déferlement touristique.

La voiture reste le meilleur moyen de se déplacer en Grèce : elle laisse au voyageur sa liberté ; elle lui permet d'emprunter les petites routes écartées, tournicotantes, jalonnées de haltes séduisantes et de découvertes surprenantes.

Enfin, la Grèce est un des pays où l'aspect humain s'impose le plus fortement. Le voyageur partira donc à la découverte des grecs. Nul besoin de connaître leur langue.

Les marbres du temple de Poséîdon

Les marbres du temple de Poséîdon

Commenter cet article

Mon compte instagram

mes_envies_de_voyages

Articles récents

Hébergé par Overblog